Rechercher
  • valérie raulier

"Faites découvrir à votre enfant les secrets de sa réussite"


"Les erreurs, quand elles se répètent, livrent un message: Change de chemin, essaie autrement"


De nombreuses recherches (Bosson, Hessels et Hessels-Schlatter, 2009; Wong, 1987) effectuées sur les enfants en échec d'apprentissage convergent sur le constat que l'inefficacité des efforts de ces apprenants est fréquemment à mettre sur le compte d'une déficience de type plus métacognitif que cognitif.

Les élèves faisant preuve de flexibilité démontrent généralement une plus grande facilité à transférer leurs apprentissages à des situations nouvelles ou imprévues et ils sont davantage en mesure de déterminer à quel moment ils doivent ou non modifier leur stratégie. En ce sens, les concepts de flexibilité cognitive et de métacognition sont liés l'un à l'autre (kuhn et Stahl, 2003)

Il est important de faire récapituler à l’enfant les secrets de sa réussite !


Il est donc nécessaire d’apprendre à votre enfant à trouver les stratégies lui permettant de savoir, SEUL, s’il est dans l’erreur ou non.

Il est important qu’il vous raconte, qu'il vous explique les stratégies qu’il a utilisées afin de réussir. Il constatera ainsi qu’il a su utiliser ses compétences et qu’il saura les réutiliser à l’avenir. Vous lui donnerez ainsi plus confiance en lui.

Attention, cependant, si votre enfant prend l’habitude, lors des devoirs, de voir l’efficacité de sa stratégie dans votre réaction, il sera perdu une fois en classe lorsque vous ne serez plus là. On essaye donc d'éviter.


Dans le contexte de la scénarisation cognitive, la modélisation est une technique qui permet de transférer les habiletés d'un expert (ex: le parent, le professeur, le neuropsychologue,...), à l'élève. Cette pratique permet d'illustrer de manière concrète ce qui se passe dans le cerveau de l'apprenant en se proposant comme un modèle qui réfléchit à voix haute, verbalise et enseigne explicitement le "comment faire" d'une stratégie mentale efficace.


Lors des devoirs, il est également important, autant que possible, de stimuler sans mettre la pression *


Stimuler

Etablir avec l’enfant un aménagement du temps

Inciter avec conviction à l’activité

Donner envie de faire

Motiver

Encourager

Ne pas céder sur le bien-fondé de l’activité

Tolérer les échecs

Montrer sa confiance

Rester patient

Passer outre ses inquiétudes


Et non "Mettre la pression"


Stresser par un timing non adapté au rythme de l’enfant

Imposer

Ne pas donner d’explication

Ne pas donner de raison justifiant l’activité

Ne pointer que les erreurs

Abandonner

Être intolérant à l’échec

Montrer sa déception

S’énerver

S’angoisser pour l’avenir

Ne mesurez plus votre enfant à ses résultats scolaires mais à sa confiance en lui.

"Chaque erreur me fait découvrir quelque chose de nouveau à propos de ma façon d'apprendre"

C’est dans votre regard de confiance qu’il puisera à nouveau sa confiance en lui.

Si vous avez des questions ou besoin d'aide, n'hésitez pas à contacter le cabinet La clé de la réussite

Raulier Valérie

Neuropsychologue - psychologue

Fondatrice et coordinatrice du cabinet La clé de la réussite

Agrégée en sciences psychologiques

Coach scolaire

* Sources:

- Tardif et Doudin (2016). Neurosciences et cognition. Perspectives pour les sciences de l'éducation. LLN, De Boeck Supérieur.

- Noel et Cartier (2016). De la métacognition à l'apprentissage autorégulé. LLN, De Boeck Supérieur.

- Dr G. GEORGE (2009). La confiance en soi de votre enfant. Paris, Odile Jacob.

- Lafortune, Jacob et Hébert (2000). Pour guider la métacognition. Montréal, Presse de l'Université de Québec

- Grangeat et Meirieu (1997). La métacognition, une aide au travail des élèves. Paris, ESF Editeur.

9 vues0 commentaire
  • Facebook Social Icon

© 2018 Raulier Valérie

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now